Accueil Ferroviaire Alstom et Plastic Omnium veulent créer des solutions de stockage d’hydrogène embarquées pour le ferroviaire

Alstom et Plastic Omnium veulent créer des solutions de stockage d’hydrogène embarquées pour le ferroviaire

À travers ce partenariat, les deux fleurons français entendent combiner leurs savoir-faire respectifs afin de rendre ces solutions de stockage opérationnelles dès 2022 en France et en Italie.
Lecture : 3 minutes
Le train Coradia iLint est équipé de piles à combustible transformant l'hydrogène et l'oxygène en électricité ©Alstom

Alstom et Plastic Omnium, acteur majeur de la mobilité hydrogène, ont signé un protocole d’accord portant sur le développement de systèmes de stockage d’hydrogène haut de gamme destinés au secteur ferroviaire. Dans le cadre de leur collaboration, Alstom et Plastic Omnium combineront ainsi leurs capacités et savoir-faire complémentaires. Une équipe spécifique a été d’ores et déjà mise en place pour assurer le développement technique et commercial de solutions de stockage d’hydrogène embarquées et destinées au marché ferroviaire.

À l’issue des phases de développement déjà initiées, les deux partenaires pourront lancer des solutions de stockage d’hydrogène et ceci dès 2022 pour des trains régionaux en France et en Italie. Ces trains pourront effectuer des voyages directs sur des lignes non électrifiées sans recourir aux énergies fossiles, tout en répondant aux défis du développement durable.

Le ferroviaire, un secteur moteur dans la mobilité par l’hydrogène

Le rail, les poids lourds longue distance, les bus et autocars et les flottes commerciales sont les premiers secteurs à s’engager réellement dans la mobilité par l’hydrogène zéro-émission, ouvrant la porte à des marchés prometteurs. Selon Christian Kopp, directeur général Clean Energy Systems chez Plastic Omnium, « notre partenariat avec Alstom a pour but de développer des solutions de stockage d’hydrogène hautement performantes, qui permettront au transport ferroviaire de relever les défis du développement durable. C’est une nouvelle étape vers la mobilité zéro carbone et une preuve de plus du savoir-faire de notre groupe dans le domaine des solutions hydrogène et de son potentiel de croissance auprès de nouvelles cibles de clientèle. »

« L’émergence d’un écosystème hydrogène solide est cruciale pour faire des trains à hydrogène une solution alternative zéro émission pour le transport ferroviaire régional, explique de son côté Thierry Best, directeur commercial chez Alstom. L’alliance entre le savoir-faire de Plastic Omnium dans les solutions de stockage d’hydrogène et notre savoir-faire dans les trains à hydrogène constitue, à cet égard, une étape importante pour créer une chaîne de valeur robuste et innovante dans le ferroviaire hydrogène ».

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Essais & Simulations, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

Hydrogène : Création de la chaire industrielle ANR Messiah

Dans la lignée des annonces de l’Élysées pour un plan d’investissement « France 2030 » mettant l’hydrogène à l’honneur, Mines Paris PSL, première école d’ingénieurs en France par son volume de recherche partenariale et l’Agence nationale de la recherche (ANR) annoncent le lancement de la Chaire Messiah (acronyme signifiant Mini-éprouvettes pour le suivi en service […]

Utac inaugure une nouvelle chambre d’émission à température variable (VTEC) au Royaume-Uni

Utac a inauguré en septembre dernier sa nouvelle VTEC (chambre d’émission à température variable) 4 roues motrices. Cette installation offre ainsi la possibilité aux ingénieurs chargés de tester les véhicules lourds de réaliser des essais d’émissions sur une variété inédite de véhicules. Située sur le centre d’essais Utac au Royaume-Uni, la nouvelle VTEC peut recevoir […]

Le CEA et le FZJ renforcent leur coopération sur l’intelligence artificielle, l’analyse de données et la simulation

Un accord entre le Forschungszentrum Jülich (FZJ) et le CEA renforce leur coopération dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA), de l’analyse de données et de la simulation numérique. Cet accord amorce ainsi la mise en œuvre du laboratoire virtuel commun Aidas. Celui-ci vise à faire progresser la simulation en Europe en réunissant l’expertise des deux […]