Accueil Ferroviaire Nouvelle étape pour Alstom dans les essais et le développement du train autonome

Nouvelle étape pour Alstom dans les essais et le développement du train autonome

Deux ans et demi après le lancement d’un consortium dédié au développement d’un prototype de train TER autonome, SNCF et ses partenaires Alstom, Bosch, Spirops, Thales et l’Institut de Recherche Technologique Railenium font circuler leur train d’essai.
Lecture : 5 minutes
Train Autonome 117M au centre d'essai d'Alstom Crespin - ©Samuel Dhote

Alstom a franchi une nouvelle étape dans les essais et le développement du train autonome. En début d’année, une rame TER Regio 2N a été spécialement modifiée et équipée par l’usine Alstom de Crespin (anciennement Bombardier) afin de réaliser des essais. Différents capteurs, caméras, radars, lidars (détection laser) ont été installés afin de récolter des données indispensables au projet. Des premiers essais ont eu lieu pendant une semaine, début mars, entre Aulnoye et Busigny (59) et entre Busigny et Calais (62). La rame prototype TER Regio 2N circulait sur une voie commerciale avec, à bord, les ingénieurs et techniciens du projet.

Ces essais ont notamment permis de tester les systèmes de perception et de reconnaissance des signaux situés le long de la voie, ainsi que le dispositif de géolocalisation notamment par satellite. Celui-ci permet de connaitre précisément la position du train. Lors de cette première phase d’essai, les capteurs et équipements de ces nouveaux systèmes spécialement installés sur la rame étaient activés afin d’étudier leur fonctionnement mais n’intervenaient pas sur la circulation du train. Ce TER Regio 2N était conduit par un conducteur SNCF spécialisé dans la conduite en situation d’essai. À l’issue de cette semaine d’essai, des tests ont eu lieu au sein du Centre d’Essai Ferroviaire (CEF) de Petite-Forêt, près de Valenciennes, afin de tester le système de conduite du train autonome permettant d’automatiser l’accélération et le freinage.

Une seconde phase d’essai en cours pour maîtriser la semi-autonomie

Du 17 au 21 mai, à la suite des tests effectués au sein du CEF, les équipes ont organisé une seconde série d’essais pour mettre au point le système de conduite, sur cette même rame prototype. Ces nouveaux essais ont lieu sur le réseau ferré national à Busigny dans le département du Nord. Ils permettront d’aboutir, dans les prochains mois, à la circulation en semi-autonomie en phase d’essai. La conduite semi-autonome permet l’automatisation de l’accélération et du freinage du train, supervisée par un conducteur.

Une étape clé vers l’objectif final de maîtriser l’autonomie complète en 2023

Ces essais, autorisés par l’EPSF, autorité nationale de sécurité ferroviaire, contribuent à étayer la démonstration de sécurité nécessaire à la future autorisation de circulation du matériel roulant. Engagé dans le projet en tant qu’observateur, l’EPSF sera en mesure d’anticiper la compréhension des technologies développées et leur impact sur le système ferroviaire ainsi que les éventuelles évolutions réglementaires à mettre en place pour ce nouveau type d’exploitation. Déterminants pour le train autonome, les enjeux de cybersécurité ont été pris en compte dès le début du projet. Les partenaires du projet travaillent étroitement avec l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), l’autorité nationale en matière de cybersécurité.

Alsternance entre service commercial et essais pour la rame prototype au cours des deux prochaines années

Cette rame TER Regio 2N sera utilisée au cours des deux prochaines années comme rame prototype du train autonome voyageurs. Les tests sur la rame s’effectueront sur la voie située entre Aulnoye et Busigny, pendant les vacances scolaires. En dehors des périodes de recherche et de tests, la rame TER Regio 2N, activité de la SA SNCF Voyageurs, sera en circulation commerciale classique et transportera des voyageurs.

Lors de ces trajets commerciaux, en conduite classique, elle enregistrera des données qui permettront d’améliorer la performance des algorithmes de reconnaissance des signaux en détectant, par exemple, la couleur des feux de signalisation et l’environnement du train. Parallèlement, un travail mené en laboratoire sur des simulateurs d’essai chez tous les partenaires du consortium permettra d’affiner des parcours du train d’essai et d’améliorer la mise au point du système automatisé.

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Essais & Simulations, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

Automotive Testing Expo de retour à Stuttgart début juin

Automotive Testing Expo aura lieu cette année les 4, 5 et 6 juin prochain à la Messe Stuttgart, en Allemagne. Principale exposition internationale au monde pour tous les aspects des technologies d’essai, de développement et de validation automobiles, Automotive Testing Expo se déroule chaque année à Détroit, Shanghai et Stuttgart. En Europe comme ailleurs, il s’agit […]

Appel à communication pour le colloque de l’ASTE, les 25 et 26 juin à l’Insa de Rouen

L’Association pour le développement des sciences et techniques de l’environnement (ASTE) organise du 25 au 26 juin 2024 en partenariat avec l’Insa de Rouen et NAFEMS un colloque sur le thème « Essais et Simulation ». Thèmes du colloque Les thèmes principaux listés ci-après doivent être en rapport avec la prise en compte de l’environnement […]