Accueil Partenariat Hexagon devient le principal partenaire métrologie d’ITER

Hexagon devient le principal partenaire métrologie d’ITER

Dans le cadre de ce nouveau contrat, ITER, le grand centre de recherche en fusion nucléaire en France, utilisera en priorité des technologies de métrologie Hexagon.
Lecture : 4 minutes
Préparation de la soudure du cylindre inférieur d'ITER

Hexagon a signé le 10 novembre un accord de partenariat privilégié avec le centre de recherche en fusion nucléaire ITER. La division Manufacturing Intelligence d’Hexagon deviendra ainsi le fournisseur principal d’ITER dans le domaine de la métrologie. Alors que ce projet de fusion nucléaire entre dans la phase clé de l’assemblage, Hexagon fournira ses systèmes Absolute Tracker et mettra à disposition une équipe d’ingénieurs locale. Un large éventail d’autres dispositifs de métrologie devrait relever du nouvel accord, ainsi que des solutions d’autres divisions d’Hexagon susceptibles de répondre aux nouveaux défis dans les années à venir.

Des technologies de métrologie Hexagon déjà utilisées dans le projet ITER

Les équipes de projet ITER utilisent déjà la technologie de métrologie Hexagon dans diverses applications, tout comme un grand nombre de sous-traitants. Ainsi, ce nouveau contrat formalise le partenariat historique entre Hexagon et d’ITER, qui remonte au début du projet, il y a une dizaine d’années. Quant à la phase d’assemblage du projet ITER, elle durera environ sept ans. Celle-ci englobe plus d’un million de pièces, dont le montage exigera des systèmes métrologiques additionnels de haut niveau.

Établi pour durer jusqu’en 2027, le nouvel accord consolide une relation de partenaire de dix ans entre Hexagon et ITER. Il prolonge aussi la collaboration axée sur l’innovation dans la recherche nucléaire. Les ingénieurs ITER n’utiliseront pas seulement les produits et services de la division Manufacturing Intelligence. Ils s’impliqueront également dans la recherche, le développement et le test de produits.

Un ajustement extrêmement précis

L’assemblage des grands composants du projet ITER exige un ajustement précis. Pour ce faire, l’équipe ITER doit utiliser un système de mesure tridimensionnelle installé de façon permanente. Celui-ci regroupe des positions de cible et des stations dont la géométrie est calculée avec précision. Il s’agit du système de coordonnées général Tokamak (TGCS). Des laser trackers peuvent viser les rétroréflecteurs sphériques placés à ces endroits depuis de multiples positions. Objectif ? Permettre aux installateurs sous-traitants d’utiliser le réseau afin d’aligner les composants avec une précision en dessous du millimètre.

« Ce système de coordonnées est accessible partout dans le Tokamak par la mesure d’un petit nombre de points de référence locaux. C’est un outil puissant et absolument essentiel pour les entreprises chargées de l’installation », déclare Dave Wilson, responsable du groupe de métrologie dans le département de construction mécanique d’ITER.

Les équipes ITER utilisent également de nombreuses technologies laser tracker de Hexagon pour l’assurance qualité des composants. Ainsi, ils vérifient que la conformité des nouvelles pièces par rapport aux spécifications et aux tolérances étroites. Pour de grands composants, comme le cylindre inférieur du cryostat, l’inspection s’appuie notamment sur les capacités de mesure 3D de l’Absolute Tracker de Hexagon. Ces mesures portent sur le référencement ainsi que sur sa fonctionnalité de mesure 6D. Elles font intervenir des scanners laser manuels comme le Leica Absolute Scanner LAS.

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Essais & Simulations, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.